Les loges de vigne, cabanes, maisonnettes (2): les restaurer.

Les restaurations ou simples mises hors d’eau et hors d’air des loges de vignes, restent rares, à cela plusieurs raisons :

Ces maisonnettes appartiennent à des propriétaires fonciers privés qui n’envisagent pas de travaux ou d’entretien au regard du coût de la restauration et la complexité des demandes d’aides financières pour la sauvegarde du patrimoine rural.

Beaucoup de constructions sont condamnées du fait de leur situation dans un parcellaire voué aux grandes cultures et sont devenues encombrantes.

Le tourisme rural est un atout majeur pour sauvegarder notre patrimoine rural, les gîtes ruraux ont sauvé beaucoup de bâtiments de ferme, la manne financière générée par des touristes avides d’authenticité a permis de conserver des bâtiments à usage agricole.

Le phénomène des résidences secondaires a amplifié le mouvement.

Le besoin de campagne est bien là mais l’activité du tourisme ne supporterait pas de voir gâcher nos paysages et la tranquillité par des aérogénérateurs industriels que sont les éoliennes.

Des loges de vigne sont devenues des maisons d’habitation ou des gîtes ruraux après d’importantes transformations

Gîte de Mâchefer restauré par Monsieur Robert Arnault proche de la loge de Mâchefer témoigne de l’importance du vignoble sur ce secteur, il existe d’ailleurs une autre maisonnette à usage d’habitation et les vestiges du clos.

 

La loge de vigne de Mâchefer a gardé toute son authenticité. Elle a pu être préservée par la restauration de la toiture en ardoises de Trélazé, des corniches, la souche de la cheminée en pierre de taille. La loge est close par des fenêtres , porte et œil de bœuf ovale neufs

Les propriétaires ont demandé des devis à deux entreprises locales en 2004 et 2005. Le devis de toiture s’élevait à 6362 euros et la menuiserie à 2559 euros.

Frantz Schoenstein s’est chargé de monter le projet en accompagnant les propriétaires Monsieur et Madame De Diesbach dans leurs démarches.

Le Conseil Général d’Indre et Loire, lors de la réunion de la Commission Permanente du 27 mai 2005 a alloué une subvention d’un montant de 2500 € pour la restauration de la loge.

La restauration de ce type de construction ne peut se faire qu’en respectant un cahier des charges très précis du type « Fondation Patrimoine » pour obtenir le label et bénéficier d’aides financières.

Le reste à charge revient au propriétaire.

 

Les bénévoles de Mémoire et Patrimoine sont appelés à prendre les outils pour des travaux d’urgence de sauvegarde mais la bonne volonté n’y suffira pas vu l’ampleur de la tâche.